330km / 8000m+ / délai max 18h


Si la peur fait bouger , elle fait rarement avancer !

 

 Album photo 

  

Dimanche 18 juillet 2010 , 3h du matin , le réveil sonne ! J'ai très peu dormi , l'excitation et la tension m'ont fait me poser des tas de questions et calculer un scénario suivant cette fameuse barrière horaire. Quand j'y serais , je saurais ! Dans notre petite chambre , Isa profite de ma préparation pour prendre un petit café , on discute , on rigole , sans se le dire , on se demande comment tout cela va se passer !

4h30' , je suis dans la salle au Saisies. Petit à petit , les participants arrivent. A 4h50' , tout le monde se rassemble sous l'arche gonflable pour prendre le départ. Il fait 8°c ! Les lumières sur nos machines sont allumées , 5h , c'est le départ ! Les premiers hectomètres se font en montée pour franchir le Col des Saisies (alt1650m) , puis nous nous lançons dans une descente rendu impressionnante par le peu de lumière ! La route est large et la vitesse relativement rapide. Les courbes s'enchainent et les trajectoires se calculent en toute confiance par rapport aux feux rouge qui me précèdent. Au fil de cette longue descente , le jour se lève. A Notre Dame de Bellecombe (km11) nous tournons à droite pour prendre la direction de Saint Gervais via Megève.

 Le rythme change , les coups de pédale se font à l'économie. Megève (km20) , Saint Gervais (km35) , à Passy (km40) le début des hostilités commencent. Quelques bosses nous emmènent à Servoz puis nous traversons l'Arve pour monter à Vaudagne , une côte non répertoriée sur le Road Book qui pourtant avec ses passages à 10% donne le ton ! La traversée de Chamonix se fait sur un bon rythme , le plafond bas nous prive de la vue sur les glaciers. Jusqu'au pied du Col des Montets , je suis avec trois autre Riders (2 Pays-Bas et 1 Suisse) l'ambiance est top !

Col des Montets (km85), ALT 1419m 8h20' n'est qu'une formalité. Je ne m'accorde pas d'arrêt au passage de cette 1ère difficulté . La descente sur la frontière Suisse est très rapide . J' attaque la 2ème difficulté du jour , le Col de Forclaz (7,5km à 5,8%) dans la foulée . Je passe cette difficulté à l'économie tout en essayant de prendre un maximum d'avance par rapport à la barrière horaire de Martigny .

Col de le Forclaz km101 , ALT 1526 , 9h du matin . 2ème descente , Martigny est en vue , la route est excellente , j'en profite pour filer un maximum ! C'est l' une des 1ère fois que je peux regarder mon compteur à plus de 80km/h en position aérodynamique sur une distance aussi longue .

Juste après Martigny , Aux Vallettes , j'arrive au 1er point de contrôle (Tapis électronique) et surtout à la première barrière horaire. Il est 9h25 environ , j'ai donc 1h35' d'avance sur l'horaire éliminatoire ! Je suis content , car j'espérais avoir à cet endroit avoir au moins 1h d'avance. Pas mal de Riders sont là et se ravitaillent. Pour ma part , je fais le plein des bidons , avale une banane mets 2 bouts de pain dans les poches et repars sans perdre une minute.

 La difficulté qui suit est terrible , c'est le Col du Champex , 11,7km à 7,2% de moyenne dont , 9km à 8,6% ! Heureusement cette ascension se fait en forêt et les nombreuses épingles nous aident. Un Col vraiment splendide avec une arrivée sur Champex Lac superbe . Il est 10h35'.

Pas de temps d'arrêt , la barrière horaire suivante est fixée à 14h en haut du Col du Grand Saint Bernard . Il me faut descendre à Orcières puis avaler les 24,6km d'ascension à 6,4% de moyenne sans perdre trop de temps. Ma descente sur Orcières se passe sans accro , je dirais même que je m'éclate ! Tout en filant , je profite de la vue impressionnante sur la Vallée d' Entremont et me délecte de voir la route du Grand Saint Bernard filer en direction du ciel.

A Orcières une fontaine coule , je remplis un bidon d'eau fraîche , l'eau dans les bidons se réchauffe vite et un peu de fraicheur sur le bas des Cols ne fait pas de mal . La montée du Col du Grand Saint Bernard se fait en 2 temps . La 1ère partie de Orcières à l'entrée du tunnel est simple , 18km à 5,7% . 2 Riders me rattrapent au début de cette ascension . Je me cale dans les roues . Au bout de 4 à 5km , je me sens capable de rouler plus vite. Je tombe une couronne , passe en tête , puis en tombe une autre. J'augmente très progressivement ma vitesse et lâche irrémédiablement mes 2 compères. J'ai la sensation d'avoir fait ce qu'il fallait , sinon je me laissais « endormir » dans un faux rythme.

 

Les passages dans les pare-avalanches amènent une sensation de fraicheur agréable. Les choses se gâtent à Bourg Saint Bernard. Nous quittons la route principale qui emprunte le le tunnel pour franchir le Col à 2469m d'altitude. Le changement de pente est radical et à plus de 2000m , les jambes se font plus lourdes . Après les 18km à 5,7% , la route passe à 8,3% de moyenne pour les derniers 6,5km . Le paysage est splendide , les neiges éternelles sont là , nous sommes dans la Haute Montagne ! Passage au Col du Grand Saint Bernard à 13h10' . La température est fraîche (environ 6 ou 7 °C) . Nous quittons la Suisse pour rentrer en Italie . Le ravitaillement est là , je ne perds pas de temps , j'enfile mon « imper » fais le plein des bidons avec de la poudre énergétique , je me jette dans la descente ! Les 1er km sont extraordinaires en sensations ! La route est impeccable , j'enchaine les courbes à grande vitesse et double quelques participants et voitures. J'essaie de lever les yeux un maximum afin de profiter du paysage qui est tout simplement grandiose !

 

Plus bas quelques travaux sur la route nous obligent à la plus grande prudence. Je fais attention aux trous et rainures afin de ne pas crever ou voiler une roue , le tout à plus de 50 km/h. Arrêté à un feu rouge de travaux sur le bas de la descente , j'en profite pour enlever mon « imper ».

Deux participants étaient arrêtés avec moi plus trois autres après.

 C'est une bonne opération pour attaquer la la longue Vallée d' Aoste en direction du pied du Col du Petit Saint Bernard. A Aoste , la température sur mon compteur est de 37°C. Les 31kms de vallée vont faire monter la température corporelle. Le vent nous est favorable et il nous faudra moins d'une heure pour rallier le ravitaillement suivant à la Salle.

La Salle Km 221. Je m'arrête pour faire le plein des bidons et avaler une petite assiette de pâtes froides. Quelques barres dans la poche puis je repars. Je laisse mon petit groupe à ce ravitaillement et préfère repartir le plus rapidement possible , car au Col du Grand Saint Bernard mon avance sur les délais n' était que de 50 minutes et il me reste encore 3 ascensions soit environ 3000 m de dénivelées.

 6Km après ce ravitaillement , la route tourne à gauche et j'attaque le Col du Petit Saint Bernard. 27,6km d'ascension , c'est le 5ème Col du jour et sa longueur est vraiment terrible ! Sur le bas la chaleur est présente. Je prends soin de prendre une pincée de sel de temps en temps car la transpiration est importante. Au fil de l'ascension la route se dresse de plus en plus , les derniers lacets sont superbes la vue sur le massif du Mont Blanc magnifique. Le final est terrible car un vent frais souffle mais cette fois-ci défavorable. Col du Petit Saint Bernard Km249 Alt 2188 il est 17h25' la barre des 6000m de dénivelées est franchie.


 

Nouveau ravito ! Toujours le même rituel , imperméable , plein des bidons , photos , alimentation. J'avale quelques bouts de bananes puis j'enfourche ma machine pour me lancer dans la longue descente (31km) sur Bourg Saint Maurice. La Vallée est large est profonde la route à flanc de montagne est impressionnante. Je suis concentré , car j'ai en tête l'image de la chute de Jens Voigt dans le tour de France 2009 au début de cette descente. La route large est superbe et permet de garder une vitesse' élevée jusqu'à Bourg Saint Maurice.

 

Bourg Saint Maurice , la chaleur est encore là ! Pas de répit , j'enlève mon « imper » et me lance dans la 6ème et avant dernière ascension , le Cormet de Roselend (19,4km à 6%). Les premières rampes se passent à merveille , les jambes sont là , mais je ne m'emballe pas ! Mes 3 supportrices ont fait le voyage jusqu'à là et me boostent dans les lacets à forte pente (passage à 10%) ! Les marmottes sifflent , je suis seul dans cette nature au soleil couchant à lutter contre la pente et le vent. En voyant le Col, je sais maintenant que rien ne pourra m'empêcher de boucler mon Tour ! Je franchis le Cormet de Roselend Km299Alt 1967 à 20h20' soit une heure avant le délai. La barre des 7000 est franchie !

Mes supportrices sont là ! Rituel , imper , photos , bidons , et 2 ème assiette de pâtes que je ne pourrai pas finir ! Allez ! Plus que 32 km ! Au dire d'un participant que je double dans la descente , je fais une descente de fou ! La route toujours aussi bonne me permet de garder une position aérodynamique , j'enchaîne les courbes comme un descendeur à ski !

 Juste avant Beaufort , c'est à droite , pas de répit , la route se dresse à nouveau les pourcentages sont sévères. Il me faut enlever une dernière fois mon imper. Je suis bien sur ces dernières pentes , l'envie d'en découdre est forte mais je savoure ces derniers kilomètres un maximum !

A Hauteluce les derniers rayons du soleil donnent une couleur rose au massif du Mont Blanc magnifique , le rideau est en train de tomber ! Je suis concentré , mes 3 cœurs sont à l'arrivée , je pense à mon père et je sais qu'il sera fier de mon parcours , à ma mère qui sera soulagée de me savoir arrivé , à toute ma famille et ami(e)s du vélo ou non ... Je reste maître de mon corps et de mon esprit pour accomplir ses derniers kilomètres sur des pentes avoisinant les 8% !

 

 Les sensations sont à leurs paroxysmes au moment de franchir la ligne ... J'ai réussi mon Tour du Mont Blanc en moins de 18h (17h09'58'') à la moyenne de 19,22km/h ... Maintenant je sais !

Si la peur fait bouger , elle fait rarement avancer !

Une épreuve que je recommande à tous les fans de Montagne , de longue distance et surtout de VELO !

 Félicitation à tous les participants et bravo et merci aux organisateurs et bénévoles sans qui une telle journée n'existerait pas !!!


 

 

Mes félicitations au Vainqueur de l'épreuve en 12h05'46" : Eric Leblacher (voir le site officiel)


 

Si la peur fait bouger , elle fait rarement avancer !

Galerie de photos